Un pan de l'histoire disparaît. L'émaillerie Aubry ( XIXe siècle)avait trouvé une deuxième activité avec la fabrication de papiers peints cessée brutalement en 1983 suite à un incendie. Depuis ce site était devenue une friche industrielle. Après deux repreneurs successifs qui ont jeté l'éponge découragés par les travaux de démolition, c'est l'aménageur Proteram qui a repris ce site et bientôt on y découvrira une charmante résidence de 14 lots libres de constructeur: le domaine du Gynkgo, nom donné par un arbre datant de 1895 qui y sera préservé .